[ Accueil ] [ Mises à jour ] [ Xivry-Circourt ] [ Généalogie ] [ Cartes Postales ] [ Bibliothèque ] [ Histoires de famille ] [ Quelques ancêtres ] [ Contact ]
 

L'origine des BAUCHOT
 
L'origine et la généalogie des Bauchot paraissent très simples si l'on ne s'intéresse qu'à la filiation agnatique de la branche Lorraine existante au Pays-Haut.
La généalogie Bauchot peut être facilement étudiée à partir de 1650. Le repeuplement de la Lorraine, après la Guerre de Trente Ans (1618-1648), a attiré nombre de personnes qui n'étaient pas nécessairement originaires de l'est de la France. Ils pouvaient venir du Centre de la France, de Bourgogne, du Jura, du Nord.
L'étude de la signification du patronyme Bauchot, ou analyse anthroponymique, ne donne guère d'indication certaine sur l'origine de cette famille. Une recherche onomastique, c'est à dire l'étude de l'expansion des noms de personnes et de lieux dans le temps et l'espace, ou plus simplement la localisation de ce patronyme en France, fournit plusieurs hypothèses. Le patronyme Bauchot pourrait provenir du centre de la France, en Sologne (les Bauchot y sont déjà présents  vers 1630, dans l'actuel Loiret. On y note même, à Chatillon-sur-Loire, les quatre moulins de la châtellenie : l'Ethelin, la Bauchot, la Petite et la Grande-Boucherie), ou dans le Berry et le Dijonnais, des régions où l'on retrouve le patronyme à partir de 1550. Un ouvrage sur la réforme bourguignonne mentionne des Bauchot à Pont de Veyle, Bourg-en-Bresse, où ce patronyme est cité plus de trente fois parmi les protestants au milieu du XVIIème siècle. Un Jean Bauchot, probablement né vers 1560, époux de Jeannette Chauchot, décède à Saulx-le-Duc (Côte d’or) le 20 juin 1610. Sa descendance a t-elle pu être chassée pour aller plus au Nord ? En Bourgogne, il existe aussi le patronyme Bauche, qui désigne le tavaillon, et donc peut-être celui qui découpe et pose les tavaillons. Un tavaillon est une planchette de bois servant de tuile et à la couverture des chalets traditionnels. Toujours dans les mêmes régions, bauche désigne aussi un lieu boisé. Rien pourtant ne nous suggère aujourd'hui une origine bourguignonne de nos Bauchot.
L'histoire de la Lorraine nous fait donner la préférence soit à l'origine germanique de Bauchot (de Bauch : ventru), soit à une origine solognote. En effet, la Sologne nous offre des patronymes apparaissant après la guerre de Trente Ans en Lorraine, tels que Sabouret, Marsilly, Lemaire, et d’autres.
Aujourd'hui, relativement peu de Bauchot subsistent en dehors de la région Nord-Est de la France. On découvre cependant ce patronyme dans les Ardennes, vers Charleville-Mézières.  Peu d'éléments nous permettent de la rattacher à la branche du Pays-Haut qui nous intéresse ici. Cette branche ardennaise est intéressante car on y note des Bauchot dès le XVIIème siècle. Pierre Beauchot est né avant 1618. Il se marie vers 1650 à Nicole Roiaux. Il meurt à Bourg-Fidèle dans l'actuel département des Ardennes le 26 avril 1688. Ils auront au moins deux enfants connus : Oger Beauchot, né vers 1655, qui fut sabotier et qui disparaît le 9 septembre 1714 à Secheval en Ardennes. Il avait épousé Jeanne Laudun à Bourg-Fidèle le 26 octobre 1683. Pierre Beauchot et Nicole Roiaux eurent aussi Jeanne. Viennent-ils de l'ancien département de la Moselle ? Peut être ont ils traversé la frontière Belge. Namur n'est pas loin de Charleville-Mézières et on peut trouver de vieux actes à Namur où figurent des … Bauchot. Sont-ils les fondateurs de notre branche Lorraine de Beauchot et Bauchot ? On peut aussi l'envisager tout aussi sérieusement.
 
Une recherche plus poussée en Moselle nous permet d'identifier un Michel Bauchot, fils de Rémy Bauchot et Claudine Aubertin. Ce Pierre Bauchot épousera Madeleine Delacour le 17 mai 1658 en la paroisse de Metz St Eucaire en Moselle. D’où provient ce Rémy Bauchot ? Le patronyme Aubertin, ainsi que sa variante Auburtin sont très répandus en Lorraine.
On trouve aussi un Mengin Bauchot et sa femme, Catherine Girard, dont deux fils peuvent être localisés en archives : Pierre qui épousa en première noce Barbe Boiteux le 29 juin 1681 à Pange en Moselle, en seconde noce Claudette Bernard, le 5 septembre 1702 à Pange, et Claude Bauchot, marié également à Pange à Madeleine Bertrand le 24 juin 1687.
Il est aussi pertinent de noter un lieu-dit, le bois de Bauchot, situé près de l'étang de Wargévau, situé au Nord de Toul, à environ 12 km  Est- Sud-Est de St Mihiel, sur le côté gauche de la D 907 en allant sur Rambucourt, à 80 km au sud de Bertrameix.
 
D'autres variantes patronymiques peuvent être considérées, notamment la variante Bochot. Un certain Olry Bochot , originaire de Einville dans les Vosges, se marie en juillet 1625 à Heillecourt, à 5 km de Nancy, avec Claude Verier. Puis en la paroisse de Pont-à-Mousson Sainte-Croix, le 12 novembre 1698, Jean Bochot épouse Marie Bachot, les Bachot, fortement implantés dans la région de Pont-à-Mousson, n'ayant rien à voir avec les Bochot. Cette variante patronymique Bochot existe pourtant dans notre région du Pays-Haut, puisque nous trouvons à Joppecourt l'acte de mariage du 19 octobre 1763 entre François Henri Bochot, né à Joppecourt, fils de François Simon Bauchot (de Bertrameix) et de Anne Renaud, et Marie Gabrielle Mouton de Joppecourt.
Nous pourrions tout autant agrémenter notre étude des autres variantes telles que Bochat ou Bochet, noms de famille assez rares signifiant aussi « lieu boisé » et à l’origine des patronymes savoyards Bochatay, Bochatey, Bochaton ; Bockler, très répandu en Moselle et Alsace (Bockstaller), désignant celui qui garde les animaux, le vacher ; ainsi que Bauchez et Bauchet.
Ma conviction personnelle me pousse à associer la signification de  Bauchot au « lieu boisé » et donc le patronyme pourrait identifier ceux qui habitaient un tel lieu. Ainsi, une migration des Bauchot originaires des Vosges paraît aussi plausible.

 
[ Histoires de famille ]
Copyright © 2005-2010, Michel Canton. Tous droits réservés.