[ Accueil ] [ Mises à jour ] [ Xivry-Circourt ] [ Généalogie ] [ Cartes Postales ] [ Bibliothèque ] [ Histoires de famille ] [ Quelques ancêtres ] [ Contact ]
 

Août 1890   -   Eugène Meunier:

Un douanier assassin - Voleur et Incendiaire


Le douanier Meunier, un criminel de marque, est accusé de deux incendies volontaires, d'un vol qualifié, de trois assassinats et d'une tentative d'assassinat.
Meunier, âgé de trente cinq ans, était préposé au Douanes à Landres, dans l'arrondissement de Briey. Sa conduite était des plus régulières, en réputation des meilleures. Au mois de juin 1890, il perdit sa jeune femme qui laissait deux petits garçons, l'un de huit, et l'autre de deux ans. Sa famille lui conseillait de se remarier. Il jeta ses vues sur Mademoiselle Jactel, d'Amermont (Meuse), soeur d'un capitaine d'infanterie de marine décoré au Tonkin.
........mais Madame veuve Jactel mère s'opposa au mariage. Elle ne trouvait pas Meunier assez riche, et surtout, et ne voulait pas d'un gendre veuf ayant des enfants.
Afin de désarmer la bonne dame, Meunier réfléchit aux moyens de se procurer de l'argent et de se débarrasser de sa progéniture.
Pour se remarier
Dans la nuit du 29 au 30 août, le prétendant évincé s'introduit dans la cure de Xivry-Circourt (Meurthe-et-Moselle). Il assassine le curé Lalance, un vieillard fort aimé, et sa domestique, Sophie Peltier. Il vole un porte-monnaie renfermant cinq à six cents francs en or, un sac de toile contenant quatre vingt dix ou cent francs en monnaie de billon, puis il met le feu au presbytère.
Comme on avait trouvé auprès des cadavres calcinés du curé et de sa servante une montre en or, les débris des vases sacrés et une somme de 150 francs en argent, cette catastrophe fut attribuée à un accident. On pensa que les valeurs que possédait l'abbé Lalance avaient été brûlées.
[...]Le douanier Meunier, après avoir été une nouvelle fois évincé, mit le feu à la maison des dames Jactel à Amermont. Il étouffa son fils aîné sous un édredon. Puis il tenta d'assassiner le capitaine Jactel d'un coup de fusil de chasse.
[...] C'est cette tentative d'assassinat, sans laquelle les crimes précédents seraient restés ignorés ou impunis, qui a amené l'arrestation du douanier Meunier. 

De très graves présomptions s'élevèrent alors contre lui et l'instruction se demanda si l'incendie du presbytère de Xivry-Circourt, la mort de curé Lalance et de sa servante, l'incendie d'Amermont, la mort subite de l'enfant, n'étaient pas dus à des crimes, et si ces crimes n'avaient pas été commis par Meunier.
On découvrit dans sa cave le porte-monnaie du vieux curé; on apprit qu'il avait échangé dans le village de Landres contre de l'or de la monnaie de billon pour 80 à 90 fr. 
On reconnut que les bourres en papier retrouvées sur le lieu de l'attentat commis sur le capitaine Jactel avaient été faites avec un numéro du journal l'Espérance, auquel le curé Lalance était seul abonné dans la région.
[...] Quant au porte-monnaie du curé et au sac contenant la monnaie de billon, il prétend les avoir trouvés dans les champs, le lendemain de l'incendie du presbytère de Xivry-Circourt. [...]Un douanier déclare que, le jour de l'incendie de Xivry, il est allé avec Meunier, pendant un quart d'heure sur les lieux. Il avait vu avec lui le cadavre de la bonne placé dans un panier. [...] Le maire de Xivry-Circourt décrit les progrès faits par l'incendie et dit qu'il est inexplicable que le curé et sa servante n'aient pu échapper aux flammes. L'audience est levée.

Divers témoins viennent déposer relativement aux constatations faites sur le théâtre de l'incendie et aux habitudes du curé. Ils font part des découvertes d'argent et de la manière dont étaient disposés les cadavres lorsqu'on les a trouvés.
Le corps du curé était à environ deux mètres de sa chambre à coucher; celui de sa servante était à côté: un chandelier était entre les deux corps. Les volets de la maison, ordinairement fermés avec soin, ne l'étaient pas ce jour là. Une hachette a été retrouvée à un endroit où elle n'aurait pas dû être.

[...] Enfin, le président prononce l'arrêt de la cour, qui condamne Meunier à la peine de mort et ordonne que l'exécution aura lieu sur l'une des places publiques de Nancy. Meunier ne fait pas un mouvement et suit sans la moindre émotion les gendarmes qui l'emmènent.
[...] Il prend son verre de cognac et salue son avocat.
- Mourir pour une femme, ajoute-t-il, savez vous que ce n'est pas banal.

 
[ Xivry-Circourt ]
Copyright © 2005-2010, Michel Canton. Tous droits réservés.